Real time publishing

Il y a une grosse poignée de jours, un journaliste de 24 heures commentait en direct, et sur le site du journal, le débat du Grand conseil portant sur l’accès à la formation professionnelle des sans-papiers. Un débat hautement explosif dont le détonateur était la Municipalité de Lausanne qui a décédé de s’engager à … engager des apprentis sans-papiers. La rédaction du quotidien vaudois avait dû voir là une opportunité de se frotter au journalisme en temps réel ou «real time publishing».

Le journaliste présent sur les lieux commentait l’évolution du débat et envoyait ses observations via son téléphone portable sur lequel il pianotait frénétiquement ses mises à jour. Malheureusement, l’envoyé spécial et sa rédaction firent le pari que le résultat du débat du Grand conseil se solderait par une gifle pour la Municipalité lausannoise. Pas de chance, c’est un peu le contraire qui se passa. La situation s’était renversée, comme elle se renverse dans les dernières minutes d’un match de football. De là à dire que les journalistes et les rédactions qui se frottent au «real time publishing» devraient s’imposer des stages de commentateurs sportifs, il n’y a qu’un pas.

Une autre solution peut cependant être envisagée pour couvrir élégamment et dans la plus grande déontologie des événements politiques. Pour cela, il suffit de décrire objectivement la situation, de citer correctement les propos des intervenants et surtout de ne pas parier sur l’issue des débats.

C’est exactement ce que fait ce jour Jérôme Cachin, journaliste à La Liberté, qui couvre en direct le premier congrès des Libéraux-Radicaux vaudois qui a lieu en ce moment à Lavey-Morcles. Le journaliste nous propose, de manière ludique et pour son plaisir personnel et le nôtre, quelques photos, des citations et décrit le déroulement du congrès via son iPhone.

C’est ainsi que l’on peut apprendre que, selon Pascal Broulis, c’est Philippe Leuba qui lui aurait demandé «d’enflammer les foules» et que le PLR aura «besoin d’officiers et de soldats, qui s’engagent sur les listes…»

Pour sa part, le Ministre de l’Intérieur Philippe Leuba confesse que : «Le monde change et [qu’il est] l’incarnation de ce changement. Qui aurait pu dire il y a dix ans que Philippe Leuba s’exprimerait devant un tel congrès ?…»

La matinée de congrès se terminera sur l’élection de la meilleure action libérale-radicale de 2009 qui se révèle être l’initiative populaire cantonale pour l’accueil parascolaire qui s’est pourtant fait griller la politesse par une initiative parlementaire – qui ne nécessite pas de récolte de signatures – équivalente en provenance du PS.

On n’en saura pas plus avant l’heure du dîner. Pour la suite des commentaires, il faudra attendre que les panses soient remplies et que le journaliste de La Liberté poursuive, éventuellement son activité sur la Toile.

Dernier détail, cette couverture en ligne du congrès des Libéraux-Radicaux est visible sur le «mur» Facebook de Jérôme Cachin. Pour y avoir accès, il vous faudra au préalable demander à devenir son «ami» et être accepté comme tel.

Ces deux initiatives, l’une publique, l’autre plus ou moins privée resteront-elles sans lendemain ? Rien n’est moins sûr puisque cette forme de journalisme est en constante progression même si elle n’a pas forcément bonne presse.

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

2 Réponses to “Real time publishing”

  1. Jérôme Cachin Says:

    Très cher Monsieur Hubler,

    On ne peut pas dire que vous êtes dans le real time publishing, puisque, sans le savoir, vous publiiez votre billet après la fin de ce congrès. Mais bon, vous avez cru qu’il durerait toute la journée. Preuve que vous étiez mal informé, certainement parce que vous ne vous êtes basé que sur des informations partielles que vous trouviez sur mon mur Facebook (qui n’a ni début, ni fin), vous qui êtes un de mes 760 « amis Facebook ». Il semblerait que vous ayez commis une erreur factuelle qui me rappelle celle du confrère dont vous parlez.

    Si votre comparaison visait à en remettre une couche pour rappeler au confrère et à son site web cette erreur qui fait tant de bruit pour rien, ce n’est pas très élégant. Mais comme ce n’est pas votre genre, je suppose que c’était uniquement pour reparler des sans-papiers sans apprentissage et des forçats de l’info. Et pas pour me flatter.

    Sur les forçats de l’info: cet état de la situation française pourrait bien devenir une réalité chez nous. Mais ne serait-ce pas déjà entrain de changer, de manière discrète dans certaines rédactions romandes, sans que la question du support (papier vs. électronique) n’y soit pour rien?

    Que les petit loups qui nous lisent se rassurent: sur Facebook, je n’étais pas vraiment en train de faire mon travail. Tout cela n’était pas du journalisme en ligne même si j’étais là bas comme journaliste et que rien de ce qui a été publié est de nature à tromper les lecteurs. Tout cela était un survol futile.

    Pour conclure, je tiens à remercier M. Hubler pour la publicité qu’il fait à La Liberté, dont l’édition de lundi vous proposera un compte rendu circonstancié du congrès pré-fusionnel de ce matin. D’ailleurs je me demande si je vais pas aller de ce pas effacer mes interventions Facebook de ce matin pour augmenter le lectorat… LOL

  2. Jérôme Cachin Says:

    Madame K. me fait remarquer que, dans le dernier paragraphe, j’aurais dû éviter de parler de Monsieur Hubler à la troisième personne, puisque mon commentaire commence par une adresse à la deuxième personne. Madame K. a raison.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :