Sans-papiers mais bientôt avec CFC

Même si je fais partie de ce qu’il est convenu d’appeler la «majorité rose-rouge-verte» du Conseil communal de Lausanne, il m’arrive de ne pas être en phase du tout avec la politique de la Municipalité de la capitale vaudoise.

Ainsi, ce n’est pas tous les jours que j’ai l’occasion de saluer une décision politique courageuse de l’exécutif lausannois.

Ce 17 février sera donc à marquer d’une pierre blanche.

En effet, la Municipalité, en réponse à une de mes motions déposée en 2002 (!), a décidé d’ouvrir aux jeunes sans-papiers qui en ont les capacités l’accès aux places d’apprentissage de l’Administration communale.

Rappelons qu’actuellement, le contrat d’apprentissage est soumis aux mêmes obligations qu’un contrat de travail. Dès lors, les jeunes sans-papiers qui sortent de la scolarité obligatoire n’ont pas accès à l’apprentissage par voie duale. Par contre, depuis 2003, les jeunes clandestins peuvent poursuivre leur formation en empruntant la voie gymnasiale. Il y a donc manifestement une inégalité de traitement entre les jeunes désirant s’engager dans une voie professionnelle et ceux préférant la voie académique.

La décision de la Municipalité se fonde notamment sur la primauté du Droit international par rapport au Droit suisse. En particulier, dans son article 28 a et b, la Convention relative aux droits de l’Enfant reconnaît le droit à l’éducation et à la formation professionnelle à tous les enfants quel que soit leur statut juridique.

En offrant la possibilité aux enfants sans-papiers d’acquérir une formation professionnelle, la Ville de Lausanne satisfait donc aux exigences d’un document signé et ratifié par la Confédération depuis le 24 février 1997.

Tout vient à point pour qui sait attendre.

Pour plus de détails, je vous propose de consulter le communiqué de presse de la Municipalité et le préavis y relatif.

  • Crédit image : photographie C-For !, Centre de formation des métiers techniques de la Ville de Lausanne.
Publicités

Étiquettes : , , , , ,

Une Réponse to “Sans-papiers mais bientôt avec CFC”

  1. Isabelle Says:

    et ensuite ? on leur donne un permis de séjour avec leur CFC ??

    c’est stupide. De plus les adversaires de cette pseudo-initiative risquent non seulement de le combattre, mais de saisir l’occasion pour demander que les sans-papiers ne puissent plus accéder aux études postobligatoires. Or, certains d’entre eux étudient maintenant au niveau gymnasial et universitaire. Ils profit(ai)ent en fait d’un flou juridique sur la question. Tosato et la gauche-caviar lausanne ne semblent en fait pas réfléchir plus loin que le nécessaire, c-à-d se faire un bon coup de pub pour une action qui finira à l’eau de toute façon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :