Macaron ron ron

Vous habitez Lausanne ? Vous êtes inscrit au Contrôle des habitants de la Ville (les petits malins inscrits dans une commune à bas taux fiscal qui ont un pied-à-terre à Lausanne, peuvent se brosser, non mais) ? Vous êtes possesseur d’un véhicule à 4 roues ? Votre véhicule est immatriculé à votre nom ? Vous n’avez pas de place de parc privée, couverte ou non ? Vous avez fait une demande pour obtenir un «macaron pour résidents» ? Vous avez patienté suffisamment longtemps pour recevoir le courrier vous annonçant que vous êtes en tête de liste pour l’attribution du précieux sésame ? Vous avez payé les 420 francs annuels et les 20 francs de taxe ? Vous avez reçu la carte résident correspondant à votre quartier et vous l’avez glissée avec soulagement, voire volupté, derrière votre pare-brise, bien en évidence ?

Dès lors, vous avez pu garer votre carrosse ou votre guimbarde un peu partout dans votre quartier et, surtout, pour une durée illimitée.

Une durée illimitée ? Pas si vite !

Si vous avez eu la bonne idée de partir en vacances pendant trop longtemps et de confier votre cher – ou pas cher – tas de tôles au bienveillant accueil des cases A à O de la voie publique, vous avez pris de gros risques !

Le risque de retrouver votre bagnole à la fourrière et de vous voir facturer une somme rondelette pour la prise en charge de votre véhicule lâchement abandonné.

En effet, comme le précisent le site Internet de la ville, le dos de votre macaron et les conditions d’octroi de facilités de stationnement :

le «macaron» ne libère pas de l’obligation de respecter des limitations provisoires de stationnement (par ex. en raison de travaux, manifestations, etc.).

Une question se pose alors : comment faire pour respecter les limitations provisoires de stationnement ?

C’est, presque, très simple : on se renseigne sur la page Web http://www.lausanne.ch/chantiers ou on téléphone au Service des routes et de la mobilité au +41 21 315 54 22, ou encore on appelle l’Office du stationnement au +41 21 315 37 30.

En cas de désespoir, on peut toujours envoyer un pigeon voyageur – bagué ! – aux Municipal des (grands) Travaux ou à celui de la Maréchaussée. Mais là, le résultat de la démarche n’est pas garanti.

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :