Saccageons la planète

Ouf, on a eu chaud, si j’ose dire. Les anticapitalistes altermondialistes camouflés en réchauffistes catastrophistes en sont pour leurs frais. La voie de la raison, du pragmatisme et du bon sens l’a emporté.

Le sommet de Copenhague s’est donc bien terminé: une modeste limitation théorique du réchauffement climatique, pas d’objectif chiffrés de réduction des émissions de gaz à effet de serre et pas de création d’un organisme de contrôle des engagements des états.

C’est qu’ils ont bien failli nous pourrir la vie les écologauchos qui interprètent la moindre élévation de température comme un dérèglement climatique qui mènera la Terre à sa perte. Il ne faut pas divaguer, si vraiment la planète est en danger, mieux faut se préparer à lutter contre l’adversité et à s’adapter que de foncer tête baisée dans des mesures qui ne peuvent que nuire à notre bien-être. La nature n’est pas la plus forte et elle se soumettra aux besoins de l’Homme. Ça s’est toujours passé ainsi et ça continuera.

En voulant limiter les émissions de gaz à effet de serre, les idéologues du réchauffement climatique ont failli nous entraîner sur la pente glissante de la décroissance donc de la récession, du chômage et du malheur. Récession et chômage qui, bien entendu, toucheront, en premier et de plein fouet, les pauvres qui sont les plus sensibles aux restrictions; les maillons faibles.

Eh bien, non, le putsch climatique n’a pas eu lieu et n’aura pas lieu! Le monde pourra donc continuer à tourner comme il a toujours tourné: de découverte en découverte, de progrès en progrès, d’évolution en évolution. C’est cela la croissance. Une croissance qui rend les riches toujours plus riches et les pauvres toujours moins pauvres.

La justice sociale passe par la mobilité donc par la voiture. L’avenir est dans les 4×4 pour tous, y compris dans les régions les plus reculées d’Afrique, mais à condition qu’ils y restent car l’Europe ne peut pas accueillir toute la circulation du monde.

Interdire de polluer c’est interdire de vivre. Il doit être interdit d’interdire de polluer comme il est interdit de tuer.

Hier j’ai pollué, aujourd’hui je pollue et demain je polluerai! Et ce n’est pas quelques saltimbanques adeptes de l’humour au second degré qui me convaincront du contraire.

Croissez et polluez, devenez des gagnants et pas des intermittents! Joyeuses fêtes et bonne année 2010 placée sous le signe de la Croissance et de la Consommation sans modération.

Articulet originellement publié sur le site Combats.ch.

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :