Hélas, Emile …

Hélas, Emile... répétitionsQuand une metteuse en scène monte un spectacle à partir des textes d’une autrice dont le rêve a été d’écrire un livre sur une grande cause, comme la mort des forêts, et qui n’a écrit que sur les relations entre les femmes et les hommes, cela donne « Hélas, Emile … ».

Amélie Plume, l’autrice genevoise dont la metteuse en scène Evelyne Knecht a digéré, décortiqué, découpé puis remonté et assemblé six romans et une pièce de théâtre (rien que ça !) pour en faire un spectacle d’une heure vingt, a peut-être bien écrit sur une grande cause, ou du moins sur une cause éternelle : l’homme, la femme et le couple.

Grâce aux relations privilégiées que j’entretiens avec l’outrecuidante metteuse en scène qui a eu le culot de hacher menu l’œuvre d’Amélie pour en faire « plus que du Plume », comme le dit elle-même l’autrice, je peux vous affirmer qu’elle nous a concocté un spectacle d’excellente tenue dans lequel il y a matière à rires et à réflexions. Les premiers facilitant les secondes, même s’ils sont parfois un peu jaunes. Pas de prise de tête donc, juste des évidences, presque des banalités, qui, judicieusement présentées permettent d’amorcer des débats intérieurs salutaires.

Quelques exemples ? Avec plaisir !

À propos de la pénibilité de l’acte d’écriture :

Ceux qui sont à l’usine à sept heures, au bureau à huit, à la crèche à neuf, ceux qui reçoivent des bombes sur la tête à dix heures et les autres qui ont la vie si dure qu’à onze heures déjà ils rêvent à leur journée terminée ? Que vont-ils penser tous ceux-là quand ils apprendront que tu veux prendre une année sabbatique ?

En ce qui concerne le partage généralisé au sein du couple :

J’ai vingt-neuf ans et JE veux faire MA valise à MA façon Avec mes souliers de ski PAR-DESSUS mes blouses Si ça me plaît Voilà.

Sur la grossesse :

Avec mon ETAT
j’avais acquis UN statut social
Même s’il n’était pas celui dont j’avais rêvé Et de loin
il en était UN Ce qui semblait être Mieux que rien

Et au sujet d’un conflit qui date, peut-être, de l’invention de la roue :

Mais qu’est-ce que ça peut faire Etienne-Ezéchiel
que je démarre en troisième
si tout de suite après je remets la première ?

Amélie Plume voulait écrire sur une grande cause, elle nous a offert une œuvre de grande qualité. Evelyne Knecht voulait faire un grand spectacle, elle va nous offrir un moment de grande tendresse, de grande lucidité et de grande intelligence soutenu par une mise en scène, un jeu, un décor, des lumières et une musique qui catalysent le tout dans une belle harmonie.

Ben ouais, je suis subjectif puisque je suis l’Emile de l’Evelyne. Mais pour avoir assisté à pas mal de répétitions et de filages, j’ai vu le spectacle naître et même si, au bout du compte, je l’aurai vu bien sept ou huit fois, je ne m’en lasse pas. Un signe qui ne trompe pas.

J’allais oublier des détails importants …

« Hélas, Emile … » c’est :

à l’Espace culturel des Terreaux à Lausanne
du 30 avril au 10 mai 2009
jeudi 19h – vendredi 20h – samedi 19h – dimanche 17h
réservations: 021/ 320 00 46 ou sur le site
garderie le dimanche

 au Théâtre Interface à Sion
les 12 et 13 mai à 20h15
réservations: 027/ 203 55 50

au Théâtre Tumulte à Neuchâtel
vendredi 15 mai à 20h30
réservations:  032/ 730 69 88

au “Printemps Littéraire Biennois 09″ à Bienne
au Théâtre Municipal
Place du Bourg
dimanche 17 mai à 19h
réservations: 032/ 328 89 70

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :