Pas à une contradiction près

Rue de l'Industrie - Quartier du Vallon Mardi soir, le projet de micrométro m5, ou µm5, n’a pas beaucoup plu au municipal des Travaux Olivier Français. C’est pourtant une idée qui a été exprimée pour la première fois en 1899 (!) et reprise en 1997 par Charles Kleiber alors directeur des Hospices cantonaux. Elle consiste à relier le quartier du Vallon à la station CHUV du métro m2 par un petit funiculaire ou un ascenseur incliné.

C’est un petit projet, tant par le coût supposé que par son emprise sur l’environnement et sur le bâti urbain, qui a par contre séduit le conseil communal de Lausanne qui l’a accepté par 50 voix contre 25.

Une mesure d’accompagnement du m2, comme on dit dans les milieux technocratiques, qui tombe sous le sens lorsque l’on prend conscience que la place du Vallon se trouve à seulement 200 mètres à vol d’oiseau de la station CHUV du m2 mais qu’elle en est séparée par le chemin du Calvaire dont la pente moyenne d’approximativement 25% en fait une barrière presque infranchissable.

Mais non, ce modeste projet déplaît au municipal des Travaux parce qu’il n’est pas au rang de ses priorités et parce qu’il surchargerait son administration. Il n’y voit qu’un gadget de la majorité de gauche du Conseil communal destiné à se faire de la publicité sur son dos.

Il faut dire que le municipal des Travaux sait de quoi il parle quand il parle de priorités, de surcharge de son administration et de publicité.

À propos de priorité : qui a affirmé : «La municipalité préfère régler en priorité les problèmes de mobilité qui se posent au centre-ville, avant de s’attaquer à ceux qui pourraient se poser dans sa périphérie» ? C’est le municipal des Travaux qui nous offre une lecture très personnelle de la géographie lausannoise en éjectant le Vallon dans la périphérie.

À propos de périphérie : qui soutient l’extension, à probablement 400 millions, du m2 vers le Chalet-à-Gobet alors que les techniciens s’accordent tous pour dire que la densité de population est très nettement insuffisante pour ce projet ? C’est encore le municipal des Travaux.

À propos de surcharge de l’administration et de publicité : qui a fait dessiner des plans d’un projet de ligne CFF directe Lausanne-Berne, sans passer par Fribourg, aux techniciens de la Ville ? C’est toujours le municipal de Travaux ! Il faut dire à sa décharge qu’il était en pleine campagne pour les dernières élections fédérales.

Comme on le voit, le Municipal des Travaux s’y connaît en matière de priorité, de périphérie, de surcharge de travail de son administration et de publicité,

Par contre, là où il a un peu plus de peine, c’est en matière de procédures démocratiques : les membres du parlement communal sont là pour faire des propositions et, si ces propositions sont retenues par le parlement, l’exécutif communal est là pour les mettre en application ou, éventuellement, proposer un contre-projet.

Alors, allez hop ! Au travail M. le Municipal.

Publicités

Étiquettes : , , , , , ,

4 Réponses to “Pas à une contradiction près”

  1. kalvin Says:

    Serait-il têtu le Français ? qu’il prenne donc un peu de hauteur ..!

  2. Alain Hubler Says:

    C’est bien pour ça que j’ai proposé cet ascenseur incliné … Pour qu’il prenne de la hauteur !

  3. Samuel David Says:

    J’utilise parfois le chemin du Calvaire mais n’est-ce pas un peu exagéré de construire un petit métro alors qu’un réseau performant de bus (et maintenant le M2) dessert le CHUV?

    Si on a vraiment besoin de rendre plus accessible la montée du chemin du Calvaire, pourquoi alors ne pas construire un escalier sur la pente plutôt que de dépenser des millions pour ce « mini-métro » alors que Lausanne se plaint constamment d’avoir de charges énormes à assumer? Avec la gauche au pouvoir dans la capitale vaudoise, on n’est décidément pas sorti de l’auberge….

  4. Alain Hubler Says:

    Bonjour Samuel,

    D’abord, le but n’est pas de desservir le CHUV, le but est de permettre aux habitants du Vallon et des environs d’atteindre la station CHUV du m2.

    Un escalier ? Avec des courses ou une poussette ? Et les handicapés ?

    En plus ce micrométro ne coûte pas des millions, mais 500’000 francs plus le génie civil. Allons va pour 1 million.

    Et la troisième voie autoroutière ? Et le prolongement du m2 vers le Chalet-à-Gobet, c’est gratuit ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :