La multiplication des toiles

La Plage à Vidy (Félix Vallotton)On connaissait la très religieuse multiplication des pains qui, selon l’Evangile, aurait eu lieu au bord du lac de Tabgha.
Cette multiplication lacustre risque bien de s’accompagner d’une autre, bien plus récente et beaucoup moins spirituelle (quoique) : la multiplication des œuvres d’art exposées annuellement par l’actuel Musée cantonal des beaux-arts pas encore au bord du lac Léman.

C’est en tout cas le sentiment que l’on peut avoir à la lecture d’un article de Jérôme Cachin dans La Liberté du 19 juin dernier.

En page 8 de ce journal, on apprend trois choses.

La première émane de Pascal Broulis. Le Président du Conseil d’Etat, affirme : «On ne peut pas dissocier économie et culture, l’une et l’autre se nourrissent implicitement.» Cela a au moins le mérite d’être clair. De là à dire que certains confondent économie et culture, que d’autres font de la culture une branche des affaires et que d’aucuns ont pour toute culture celle du business, il n’y a qu’un pas.

Mais foin de digressions, venons-en au but et parlons un peu … chiffres, mais pas chiffres d’affaire.

La deuxième confidence provient d’Anne-Catherine Lyon. La Patronne de la Formation et de la Culture – dixit Cachin – affirme que, dans l’actuel Musée des beaux-arts, seulement «2% des 8500 oeuvres du musée peuvent être montrés chaque année».

C’est alors que survient la troisième révélation qui est à mettre sur le compte de Bernard Fibicher, le directeur du Musée des beaux-arts. Il affirme, quant à lui, que la proportion des œuvres exposées chaque année s’élève à 20% ! Soit dix fois plus que le chiffre avancé par la Ministre ! Il y a comme un problème d’ordre de grandeur.

Pour un futur et éventuel musée au bord de l’eau, cette soudaine multiplication des œuvres exposées chaque année tient plus de la multiplication des poissons que de la statistique.

Cela étant, deux hypothèse s’offrent à nous. La première : la ministre a raison – ce qui est vraisemblable puisque la page Web des musées cantonaux précise «Actuellement, au vu de l’exiguïté des locaux à disposition, moins de 5% de la collection est visible simultanément.» Dans ce cas, sachant que le nMBA de Bellerive offrirait une surface d’exposition 2,5 fois plus grande que celle de l’actuel musée, il ne sera possible de voir qu’environ 5% des œuvres stockées dans les caves du Palais de Rumine.

La seconde : le directeur du Musée des beaux-arts a raison et il sera alors possible de contempler 50% des œuvres propriétés de l’Etat. C’est beaucoup mieux, mais il ne faudra pas oublier de faire de la place aux collections promises par les généreux donateurs prêteurs d’oeuvres.

Au milieu de ce flou artistique arithmétique, une alternative intéressante est le projet dit du «Grand Rumine» qui pourrait offrir une surface 30% supérieure à celle du projet Ying Yang. Probablement de quoi exposer plus et mieux.

En tout état de cause une variante que seule la signature du référendum «Pas au bord du lac» permettrait d’envisager.

Publicités

Étiquettes : , , , ,

8 Réponses to “La multiplication des toiles”

  1. Jean Christophe Schwaab Says:

    Deux remarques:
    Il y aura aussi des collections qui seront données à l’Etat, si le musée se fait d’ici la fin de l’année. Le flou que tu entretiens sur ce sujet est aussi condamnable que le flou que du déonces dans ce billet.

    Le grand rumine n’est pas une alternative crédible, désolé. La place nécessaire n’est pas disponible (sur le parking de la Riponne, qui bénéficie d’un droit de superficie jusqu’en 2039) et d’ailleurs, le projet n’a pas été étudié en détails, ce qui n’empêche pas ses partisans de clamer qu’il sera « plus grand et moins cher » que Bellerive. Ce qui sonne comme du boniment de camelot… L' »aternative » « grand rumine » n’a d’ailleurs même pas fait l’objet d’un ammendement lors du débat parlementaire.

  2. Alain Hubler Says:

    Je n’entretiens aucun flou, il est question de collections en dépôt, comme la collection Planque, non? C’est en tout cas d’elle dont tout le monde parle tout le temps.

    Comment sais-tu que le « Grand Rumine » n’est pas crédible. Ce n’est pas ce que pensent les architectes qui se sont penchés dessus.

    Qui parle d’empêcher le Parking Riponne d’user de son droit de superficie ?

    Cela dit, c’est 2 ou 20% d’oeuvres exposées chaque année ?
    Tu le sais toi ?

  3. Jean Christophe Schwaab Says:

    le communiqué de l’Etat parle de 2% et j’ai tendance à le croire (mais peut-être suis-je trop naïf). Cela dit, même 20% est largement insuffisant.

  4. Alain Hubler Says:

    Bien d’accord, mais si 20% sont aussi largement insuffisants, que dire des 5% que permettraient d’exposer un nMBA environ 2,5 fois plus grand ?

  5. Jean Christophe Schwaab Says:

    Ouaip, mais je te raconte pas le débat référendaire s’il fallait construire si grand 😉

  6. Alain Hubler Says:

    Mais alors, l’argument massue (celui auquel je suis personnellement le plus sensible) qui consiste à dire « on va enfin pouvoir montrer tous les trésors qui attendent dans les caves » prend l’eau.

  7. Jean Christophe Schwaab Says:

    Le fait est que l’on pourra en exposer beaucoup plus (tous les musées ont la majeur partie de leurs collections en caves et les font tourner). Plus du double, c’est quand même non négligeable.
    D’ailleurs, tu soutiens le « grand rumine », qui devrait être plus grand encore… C’est donc que tu souhaites aussi montrer plus d’oeuvres, non? A moins que les objectifs du comité référendaires soient autres…

  8. Alain Hubler Says:

    « A moins que les objectifs du comité référendaires soient autres… »
    J’aime bien cette façon délicate de suggérer que les opposants au nMBA à (à!) Bellerive, donc, entre autres moi, sont malhonnêtes dans leurs intentions.
    C’est un peu comme si je suggérais que les partisans du nMBA à Bellerive sont de mèche avec les courtiers en arts.
    Tsk, tsk, tsk …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :