Un peu de sang tibétain à Lausanne

Musée olympique rouge du sang des Tibétains ?Pour obtenir les Jeux olympiques, la Chine avait pris l’engagement d’améliorer la situation des droits humains. On a vu ce que cela a donné. Pour cause de J.O., justement, le gouvernement a déplacé des familles, condamné et envoyé des gens en camps de «rééducation par le travail». Il s’agit de faire place nette pour accueillir l’évènement sportif mondial.

Pour accueillir la flamme olympique, qui symbolise les valeurs d’excellence, d’amitié et de respect, la Chine avait fait des promesses. En 2001 un représentant du Comité d’organisation des jeux de Pékin avait déclaré : «En confiant à Pékin l’organisation des Jeux olympiques, vous contribuerez au développement des droits de l’Homme.»

On en voit aujourd’hui les résultats. À l’heure où j’écris ce billet, la police chinoise aurait fait entre 10, selon les autorités chinoises, et 80 morts, selon le gouvernement tibétain en exil. La police quadrillerait systématiquement les rues de Lhassa tout en procédant à des perquisitions systématiques.

La simple détention, ou pire l’exposition, d’un drapeau tibétain peut coûter entre 7 et 20 ans de prison additionnés des tortures qui vont avec.

Pendant ce temps-là, à Lausanne, le Musée olympique et les carrefours du bord du lac arborent les couleurs de Beijing 2008 : le rouge et l’or du drapeau chinois. Des couleurs qui symbolisent la révolution et la venue d’une nouvelle ère, inondée de lumière, marquée par l’unité du peuple chinois.

Le problème est que, par les temps qui courent, le rouge révolutionnaire a cédé la place au rouge du sang des Tibétains qui meurent assassinés par les autorités chinoises.

Le problème est que ce rouge sang flotte au vent d’un musée situé en partie sur une propriété de la Ville de Lausanne et dans les rues de la capitale olympique.

Le problème est qu’avec ce qui se passe au Tibet, il est difficile de fermer les yeux sur ce rouge qui, jusqu’à Lausanne, rappelle que la Chine n’a pas tenu ses promesses par rapport aux droits humains et qu’elle est même en train d’accomplir un véritable «génocide culturel» comme le rappelle très justement le dalaï lama.

Messieurs Rogge et Brélaz, je crois qu’il est temps d’enlever cette pagode, ces lampions et ces oriflammes. Par respect pour le peuple tibétain.

Publicités

Étiquettes : , , , , , ,

11 Réponses to “Un peu de sang tibétain à Lausanne”

  1. www.romanding.ch Says:

    Un peu de sang tibétain à Lausanne

    A Lausanne, le Musée olympique et les carrefours du bord du lac arborent les couleurs de Beijing 2008. Rouge et or. Rouge comme le sang des Tibétains victimes de la répression chinoise.

  2. blogcmyk Says:

    je vois que vous en parlez également aujourd’hui,…

    si vous êtes intéressé a participer, c’est simple, c’est pas grand chose mais en parler fera peut-être avancer les choses.

    http://www.hi-d.ch/index.php/blogcmyk/20-rezist/193-free-tibet

  3. Alain Hubler Says:

    Bonne initiative, merci.
    J’ai viré la pub pour le Festival de Romans.
    Il y a des actions prioritaires plus importantes que celles qui flattent mon égo 😉

  4. Jean-Baptiste Blanc Says:

    Le Dalaï-Lama et ses compatriotes, aussi persécutés qu’ils sont (ou apparaissent), sont visiblement très forts pour médiatiser leur cause. Probablement que leur religion bouddhiste, « cool » et en vogue, les aide.

    En Chine, il y a 56 minorités ethniques officiellement reconnues (dont les Tibétains). Et les Tibétains ne sont de loin pas la plus menacée de ces 56 minorités. Par exemple, la plupart des peuples turco-mongols, chamanistes ou musulmans, vivant sur le territoire chinois sont bien plus directement menacés de « génocide culturel » que les Tibétains.

    Qu’on pense en particulier à la minorité Uyghure. Pas mieux lotis que les Tibétains, aucun média n’en parle jamais. Ou alors si on en parle, on présente les défenseurs de la culture et la langue uyghure comme de dangereux pan-turquistes, voire des potentiels adeptes d’Al-Qaida, que le pouvoir chinois fait bien de contenir.

    Ma réponse est véhémente, mais pour être franc je n’aime pas le particularisme de la cause « Free Tibet ». Et si on défend l’indépendance du Tibet, pourquoi pas alors défendre la liberté et le droit à l’indépendance de toutes les autres minorités de Chine? « Free Kazakh », « Free Uyghur », « Free Russians », « Free Oroqen », « Free Kyrghyz », « Free Salar », « Free Evenki »… Ca nous mène où?

  5. Alain Hubler Says:

    Jean-Baptiste, ne sommes-nous pas favorables à l’autodétermination des peuples ?
    Voir : http://www.gouvernement.ch/article.php3?id_article=85

  6. Jean-Baptiste Blanc Says:

    Puisque je pense qu’il est inutile de continuer le débat sur les deux forums, je donne une réponse plus longue que sur 24 Heures. 🙂

    Alain, je suis favorable à l’auto-détermination des peuples, mais ce n’est pas une notion qu’on peut défendre d’une façon abstraite.
    D’une part, elle peut être récupérée par des puissances impérialistes, en particulier étasunienne, dans des buts qui n’ont rien de progressistes et émancipateurs. Ce n’est peut-être pas ici le cas au Tibet, mais ça l’est assez clairement dans le cas du Kosovo ou du Kurdistan irakien.

    D’autre part, la frontière entre auto-détermination des peuples et nationalisme séparatiste n’est pas claire. En quoi le nationalisme corse ou breton est plus légitime que le nationalisme français, par exemple? Demain, si le Tibet est indépendant, ne seront-ce pas les mêmes que nous soutenons aujourd’hui qui demain discrimineront les Chinois dans la région? L’auto-détermination aura alors débouché sur un nationalisme ethnique, contre lequel nous nous batterons alors avec raison. Mais cette sorte de spirale est-elle vraiment souhaitable?

    Si je ne fais erreur, le PCF a toujours été sceptique sur les mouvements régionalistes en France. Je reste sur cette position, que je veux bien reconnaître un peu jacobine.

    La disparition de la Tchécoslovaquie et de la Yougoslavie, et j’ose ajouter celle de l’URSS, ne se sont pas faites sur des valeurs progressistes, et on assiste dans ces pays à un retour du nationalisme ethniciste, empêchant toute contestation sociale et récupérée par des élites dominantes agitant le nationalisme, et « l’auto-détermination », pour diviser les peuples et garder le pouvoir.

    J’ajoute que le thème de l’auto-détermination des peuples, ou plutôt ses modalités, fait débat dans la gauche. Quasiment tous les partis européens de « gauche de la gauche » ont pris position contre l’indépendance du Kosovo, par exemple.

  7. Max Ay Says:

    Complètement d’accord avec l’analyse (marxiste) de Jean Baptiste.

    Max Ay

  8. Obstinée Says:

    Hello,

    La situation là-bas est tendu mais je suis d’accord avec les Tibétains ! Ils ont raison de lever le silence !

    A bientôt

  9. Et pendant ce temps au Tibet | Cmicblog Says:

    […] Un peu de sang tibétain à Lausanne […]

  10. Krassnitzer Says:

    Me fait sourire quand je lis que le dalai lama et ses compatriotes médiatisent leur cause.
    Si il n’y avait pas ces jeux olympiques à Pékin personnes ne parlerait du TIBET…
    Cela n’a rien a voir avec une idée cool du Boudhisme mais à un génocide perpétré contre ce peuple depuis plus de 50 ans!!! Et quand Mr Blanc parle d’une ethnie en parlant du peuple tibétain là je suis en colère. LES TIBETAINS sont un PEUPLE a part entière et non une éthnie chinoise!!!
    J’aimerais bien savoir ce que dirait ce mr si on considérerait les suisses comme une région française par exemple!
    Enfin bref….j’espère que le TIBET retrouvera sa liberté de mon vivant. Cela serait un grand bonheur pour moi. En attendant….si quelqu’un est au courrant d’une eventuelle manifestation pour un TIBET LIBRE. J’aimerais bien qu’il/elle me contact.
    Et vive le TIBET LIBRE

  11. Fréd Says:

    « À l’heure où j’écris ce billet, la police chinoise aurait fait entre 10, selon les autorités chinoises, et 80 morts, selon le gouvernement tibétain en exil. La police quadrillerait systématiquement les rues de Lhassa tout en procédant à des perquisitions systématiques. »

    Juste un mot au sujet de cette affaire : la police chinoise n’a pas tué « toute seule » tous ces tibêtains, ne patrouille pas et ne perquisitionne pas sans « raison ». Il ne faut pas oublier que les émeutiers s’en sont pris au commerçants chinois, en tuant quelques-uns, en blessant ou molestant d’autre, en mettant à sac une partie de la ville. Curieusement, la presse n’a pas vraiment insisté sur cet aspect, présentant l’évènement sous la forme « les tibétains ont manifesté et la police chinoise les a réprimé ». Au dela de la propagande chinois, l’unique journaliste occidentral qui était sur place ainsi que les touristes occidentaux ont été très clair sur cet aspect.

    Je souhaite une résolution favorable pour le Tibet avec au moins l’autonomie, sinon l’indépendance. Mais je sais qu’aucun pays au monde n’aurait laissé faire les lynchages d’une partie de la population contre une autre. Il est dommage que les interventions pro-tibet soient toujours évoquées hors de leur contexte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :