Câmpulung, Cernauti, Auschwitz, Vichy, Genève

Femme et bébé rromsVoici le nom des villes qui pourraient résumer une partie du parcours des Rroms dans le monde. Nous sommes à mille lieues des «sept jours dans la vie d’un homme» de Louis Vuitton : lundi New York, mardi Paris, mercredi Londres, jeudi Shanghai, vendredi Tokyo. Il faut bien reconnaître que tous les hommes et toutes les femmes ne voyagent pas avec les mêmes bagages ni avec les mêmes fardeaux. C’est cela qui fait toute la différence.

Si l’homme Vuitton voit en général toutes les portes s’ouvrir devant lui, l’homme et la femme rroms voient, au contraire, toutes les portes se fermer devant eux depuis plus de sept cents ans.

Voyons en quelques points le trajet de vie de Rroms.

Aux alentours des années 900, les Rroms quittent l’Inde et arrivent dans le sud-est de l’Europe vers le XIIIe siècle. Ces hommes et ces femmes dotés de savoir-faire artisanaux, arrivés libres, sont rapidement réduits en esclavage par les Valaches (Roumanie). L’esclavagisme et les guerres qui déchirent Byzantins et Ottomans poussent les Rroms sur les routes. Ils arriveront à Paris au XVe siècle.

En 1864, après le coup d’état de Koglniceanu, l’esclavage est définitivement aboli en Roumanie. Mais l’avènement du très réactionnaire roi Charles 1er n’apporte pas d’amélioration significative aux conditions d’existence des Rroms qui entament une longue migration dans tous les pays d’Europe, puis aux Etats-Unis.

Au début du XXe siècle, alors que la libéralisation de la société débute en Europe, le gouvernement de Pointcaré instaure en 1912 le fichage anthropométrique des nomades, donc des Rroms. Le carnet anthropométrique d’identité doit être présenté lors de chaque voyage.

Dès l’arrivée au pouvoir, en Allemagne, du Parti national-socialiste, les Rroms, qui ne sont pas considérés comme aryens, bien qu’indo-européens, seront parqués dans des réserves, internés dans des camps de concentration puis exterminés. C’est le génocide ou Samudaripen qui signifie en rromani «meurtre collectif total». Auparavant, les femmes auront été stérilisées pour éviter la contamination de la «race pure». On estime que, pendant la Seconde Guerre mondiale, environ 60’000 Tsiganes auraient été exterminés dans des camps, et qu’au total, cette période de l’histoire aura vu l’extermination de 250000 à 500000 des 700000 Tsiganes vivants en Europe. Tout cela parce qu’ils étaient considérés asociaux.

Pendant ce temps-là, la France n’était pas en reste. En 1940, le régime de Vichy, après avoir assigné à domicile les nomades, crée des camps de concentration dans lesquels beaucoup mourront de faim de froid et d’absence de soins.

Après la guerre, les régimes dictatoriaux et ultra-nationalistes d’Antonescu puis de Ceausescu verront le racisme s’orienter sur les Serbes, les Croates et les Hongrois. Cela n’empêchera pas de retrouver une écrasante majorité d’enfants rroms parmi les 80000 orphelins qui sauteront à la face du monde lors de la chute du régime de Ceausescu. Il semblerait que ces orphelinats poursuivaient le but d’exterminer le surplus de main d’œuvre rrom.

Actuellement, les Rroms sont entre 7 et 10 millions en Europe et ils constituent le plus grand peuple européen sans territoire. Territoire qu’ils ne revendiquent pas d’ailleurs.

Depuis la chute du bloc socialiste, les Rroms sont toujours discriminés, la mondialisation a tué les métiers artisanaux dans lesquels ils excellaient et ils ont choisi la route de l’exil pour trouver un avenir meilleur. Voilà pourquoi on les retrouve sous les ponts de Genève.

Entre la vue gâchée des Genevois et la vie gâchée des Rroms, il y a une sacrée disproportion. Disproportion dont les lecteurs-internautes de 24 Heures n’ont pas pris la mesure puisque 74% d’entre eux disent ne pas être touchés par la vue d’un mendiant Rrom.

Étiquettes : , , , , ,

2 Réponses to “Câmpulung, Cernauti, Auschwitz, Vichy, Genève”

  1. www.romanding.ch Says:

    Câmpulung, Cernauti, Auschwitz, Vichy, Genève

    Quelle est l’histoire de ces Rroms que les autorités genevoises, entre autres, essaient de cacher ?

  2. D'où viennent ces Rroms que l'Europe ne veut plus voir dans ses rues? | Aef Dmoz Blog Says:

    […] Blog d’Alain Hubler : Câmpulung, Cernauti, Auschwitz, Vichy, Genève […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :