La maison de paille ne survivra pas aux élections

La maison en bottes de paille du collectif Straw d'la BalleDans sa séance d’aujourd’hui, la Municipalité de Lausanne a décidé de mettre fin manu militari, s’il le faut, à l’existence d’un projet écologiquement et socialement novateur. La Municipalité a donné au collectif «Straw d’la Bale» un délai de 20 jours pour «remettre les lieux en état et récupérer le matériel utilisé». En pratique, dès le 14 novembre, la Municipalité fera évacuer les lieux et mandatera une entreprise de démolition pour remettre en état les lieux.

Cette annonce suit de peu la fin des élections fédérales qui viennent de voir deux municipaux lausannois accéder au Conseil national : le syndic vert Daniel Brélaz et le municipal radical Olivier Français. Il est difficile de voir dans cette conjonction d’événement un simple hasard. Il est par contre vraisemblable que la pression électorale étant retombée, le syndic de Lausanne soit moins enclin à s’engager pour défendre un projet dont la Municipalité dit elle-même être «consciente de l’aspect novateur».

En choisissant de faire démolir la maison de paille, l’exécutif lausannois choisit délibérément de réduire à néant plusieurs semaines de travail collectif. Mais, les élections passées, les nouveaux élus au Conseil national ne risquent plus de se mettre à dos le gros millier de personnes qui soutiennent par voie de pétition la réalisation végétale. En choisissant de faire démolir la maison de paille, la municipalité a choisi de privilégier la plus stricte légalité au détriment de l’opportunité de faire abattre une construction qui est un exemple de réalisation en matière d’avenir soutenable tant du point de vue écologique, que du point de vue social.

En assimilant la construction, certes illégale du point de vue de la police des constructions, de la maison de paille à celles tout aussi illégales, mais beaucoup plus égoïstes d’une piscine, d’un garage ou d’un rehaussement d’immeuble, la Municipalité montre ses limites en matière d’écologie sociale.

En s’en tenant aveuglément à la stricte application du droit de la construction, la municipalité de Lausanne fait preuve d’un manque d’imagination regrettable.

Une inconnue demeure, une ville à majorité de gauche, comportant parmi les membres de sa Municipalité deux Verts fera-t-elle évacuer par la force policière un collectif mettant en application pratique l’écologie sociale ? Cette hypothèse est vraisemblable, mais serait du plus mauvais goût et c’est un euphémisme.

Publicités

Étiquettes : , , , , , ,

Une Réponse to “La maison de paille ne survivra pas aux élections”

  1. www.romanding.ch Says:

    La maison de paille ne survivra pas aux élections

    Dans sa séance d’aujourd’hui, la Municipalité de Lausanne a décidé de mettre fin, manu militari s’il le faut, à l’existence d’un projet écologiquement et socialement novateur : la maison de paille du collectif «Straw d’la Bale».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :