L’UDC et Blocher sont-il révisionnistes ?

Black sheep par mojoki.comIl est des termes qu’il convient d’utiliser avec parcimonie et précautions. Il n’empêche que dans le cas présent, on peut effectivement affirmer que le conseiller fédéral et son parti sont sans aucun doute des révisionnistes.

Ils ne le sont pas dans le sens où ils remettent en question l’histoire de la Seconde guerre mondiale et le génocide des juifs, même s’ils ont, dans un premier temps, vertement critiqué le rapport Bergier en recommandant de «rejeter le rapport (…) dans la mesure où il s’agirait effectivement d’un réquisitoire tendancieux».

Ils le sont dans le sens où ils attaquent et remettent en cause des accords internationaux et des lois solidement établies. Ils le sont notamment dans la mesure où ils récusent la norme pénale contre le racisme (art. 261bis CP). Ils le sont aussi parce qu’ils proposent une initiative populaire sur l’expulsion des «délinquants» étrangers qui est plus que probablement incompatible avec les accords internationaux qu’à signés la Suisse et avec les garanties conventionnelles d’un état de droit. Enfin ils le sont peut-être aussi parce qu’ils réécrivent à leur façon l’histoire au moment même où elle se déroule en inventant une théorie du complot destinée à occulter l’implication de leur ministre en discréditant le rapport sur l’affaire Roschacher et ainsi à blanchir le bélier Blocher.

Cela me semble évident, dans le sens où le révisionnisme est la «remise en cause d’un système idéologique ou politique établi, un traité international ou un texte de loi majeur», l’UDC et Christophe Blocher sont des révisionnistes, réactionnaires de surcroît.

  • Crédit image : Collection Black sheep par mojoki.com.

4 Réponses to “L’UDC et Blocher sont-il révisionnistes ?”

  1. www.romanding.ch Says:

    L’UDC et Blocher sont-il révisionnistes ?

    Il est des termes qu’il convient d’utiliser avec parcimonie et précautions. Il n’empêche que dans le cas présent, on peut effectivement affirmer que le conseiller fédéral et son parti sont sans aucun doute des révisionnistes.

  2. Sugus Says:

    Là j’ai un peu de mal à suivre.
    Révisionniste dans le grand public a un sens proche de négationniste, tu le précises ce sens ne concerne pas l’UDC.

    Je découvre – je ne le savais pas – que « révisionniste » peut aussi avoir un sens plus large. En démocratie on doit toujours pouvoir remettre en cause « un système idéologique ou politique établi, un traité international ou un texte de loi majeur »? Tout peut toujours être rediscuté. Dans le cadre démocratique et il y a la manière bien-sûr.

    Précision : mon intention n’est pas de voler au secours de l’UDC… quelle horreur !

  3. Alain Hubler Says:

    Je crois que j’ai mis le doigt sur une notion complexe …

    Tu dis : « En démocratie tout peut toujours être rediscuté. »
    Ben, a bien y réfléchir, je ne suis pas totalement certain. Du moins pas dans le sens dans lequel l’UDC « rediscute ».

    Je pense qu’il y a des fondements, des valeurs qui doivent être pérennes. Ces valeurs et ces fondements, on les trouve notamment dans la Déclaration des droits humains, dans des traités internationaux, dans une tradition de tolérance des minorités (il n’y a qu’à voir notre système politique) auxquels il me semble que les Suisses et la habitants de la Suisse sont attachés.

    Dans ce contexte, ce que je constate, c’est une attaque en règle contre ces valeurs. Comment peut-on avoir le siège du CICR et proposer des initiatives telle que celle dites des renvois ? Cela est en plus contradictoire avec la « suissitude » affichée par l’UDC.

    C’est en cela que je pense que l’UDC est révisionniste, elle est en train de tenter de mettre un grand coup de balai (pas ajuster et modeler nos lois, non c’est véritablement le grand ménage sur ce qui concerne les étrangers) sur un pays qui est loin d’être parfait, mais qui mérite mieux que quelques initiatives le reléguant dans les vilains canards aux yeux du monde civilisé.

    Pour ce qui concerne « l’histoire » actuelle. Le « complot », les attaques supposées à l’icône du parti, les insultes à la justice et aux instances législatives (Com gestion du conseil national), il me semble là que l’on est vraiment dans le mensonge, la manipulation et le négationisme. C’est du terrorisme politique.

    Je ne suis pas certain d’être clair …

  4. Sugus Says:

    Il y a plusieurs niveaux dans ce qui est dit.

    D’abord l’UDC. D’accord pour le mensonge, la manipulation, le négationisme et le terrorisme politique.

    Reste la question : qu’est-ce qui est de l’ordre de l’intouchable, du fondement que ne peut être rediscuté?

    Pour la citoyenne hors parti que je suis, je dirai des valeurs, que je situerai par « respect de l’autre », solidarité, tout ce qui favorise le « vivre ensemble ». Cadre à l’intérieur duquel tout peut être rediscuté.

    Les militants des partis eux (les pauvres😉 sont obligés de se couler dans une idéologie, qu’elle soit de droite ou de gauche. Je perçois cela comme un carcan. Souvent l’idéologie agit comme un verre déformant qui empêche une juste perception des problèmes, une perception ouverte des questions. Facile à vérifier : je peux très souvent deviner d’avance quelle sera la position de tel politicien concernant tel sujet. La politique en devient ennuyeuse!

    Si c’est l’idéologie qui empêche de rediscuter une question je dis non. Si c’est une valeur fondamentale alors oui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :