C’est non à l’espace de consommation à Lausanne : par morale ou par manipulation ?

Cartes brouillées ?Par 54, 63 % de « non », les lausannois et les lausannoises ont refusé de doter la ville d’un espace de consommation de drogues et d’un bistrot social. Dont acte.

J’ai la faiblesse de croire que mes concitoyens et concitoyennes ont ainsi fait un choix moral : c’est-à-dire qu’ils ont préféré l’abstinence à tout prix contre la prévention des risques et la survie en attendant une éventuelle abstinence. J’ai aussi la faiblesse de croire qu’ils ont fait ce choix en toute connaissance de cause et que la campagne, parfois mensongère, menée par les opposants et les opposantes n’aura pas été pour grand-chose dans leur choix. J’ai la faiblesse de croire que ce ne sont pas des arguments tels que celui-ci :

« Partout dans le monde, la simple multiplication des institutions à bas seuil n’a eu pour effet que d’ancrer toujours plus les toxicomanes dans leur dépendance, les éloignant ainsi des institutions qui seules peuvent leur apporter la rémission. Nous refusons cette approche simpliste et irresponsable. » (Rapport de minorité, F. Longchamp).

qui ont influencé le choix des lausannois et des lausannoises, alors qu’une étude canadienne publiée dans l’une des meilleures revues médicales du monde a montré exactement le contraire.

J’ai aussi la faiblesse de croire que la droite saura proposer des solutions humaines, respectueuses et moralement acceptables aux problèmes de la drogue et qu’elle ne se limitera pas à des solutions déjà existantes ou à suggérer des mesures de contraintes pour raison médicales qui n’ont pas lieu d’être.

J’ai enfin la faiblesse de croire que les lausannois et lausannoises n’ont pas été sensibles à l’iconographie exclusionniste de l’UDC et de certains libéraux et qu’ils et elles ont voté en toute connaissance de cause.

Mais j’avoue que je doute …

Toute cette propagande, dont l’objectif est les élections nationales de cet automne, n’aurait-elle pas fini par brouiller les cartes et les esprits ?

8 Réponses to “C’est non à l’espace de consommation à Lausanne : par morale ou par manipulation ?”

  1. www.romanding.ch Says:

    C’est non à l’espace de consommation à Lausanne : par morale ou par manipulation ?

    Par 54, 63 % de « non », les lausannois et les lausannoises ont refusé de doter la ville d’un espace de consommation de drogues et d’un bistrot social. Est-ce par morale ou par manipulation politique ?

  2. kalvin Says:

    Navrant, certes il s’agit d’un verdict populaire qui doit être respecté, mais on ne peut que constater que ce sont les mêmes 55 % qui signeront rapidement une pétition pour que la Riponne soit nettoyée des consommateurs. Confondre l’effet et la cause sous l’impulsion de l’UDC, voter « en latin » puisque c’est de nouveau permis, voilà le résultat…

  3. JS Blog » Local d’injection: et maintenant ? Says:

    […] verdict des urnes est – selon la formule consacrée – “net et sans appel”. Avec Alain Hubler, je m’interroge sur les raisons du non. Les affiches de l’UDC et leur visuel si subtil […]

  4. le blog de Julien Sansonnens - local d'injection, et maintenant? Says:

    […] Le verdict des urnes est – selon la formule consacrée – « net et sans appel ». Avec Alain Hubler, je m’interroge sur les raisons du non. Les affiches de l’UDC et leur visuel si subtil ont sans […]

  5. Samuel David Says:

    Si les Lausannois ont refusé le local d’injection, c’est qu’ils ont compris que c’était une fausse solution, dont les premières victimes auraient justement été ceux que l’on veut aider à sortir de l’enfer de la drogue. Les ex-toxicomanes le disent eux-mêmes: ils n’auraient jamais arrêté si l’Etat leur avait fourni un local pour qu’ils puissent « se piquer en paix ».

    D’autre part, un tel local est une épine dans le pieds de ceux qui s’attache à faire de la prévention en matière de drogues: Comment faire passer le message que la drogue est une substance dangereuse alors que la ville elle-même offre aux toxicomanes des structures destinées à l’injection de substances nocives?

  6. Alain Hubler Says:

    Je trouve ce commentaire peu nuancé et complètement calqué sur le discours de campagne des opposants.

    Comment savez-vous que les seules raisons que vous évoquez sont celles qui ont conduit les lausannois-e-s à voter « non » ?

    Etes-vous certains que tous les ex-toxicomanes disent : « ils [je] n’auraient jamais arrêté si l’Etat leur avait fourni un local pour qu’ils puissent “se piquer en paix”. Vous en connaissez combien ? Les connaissez-vous tous ?

    Voilà un discours bien peu nuancé, voire même de propagande. Pour ma part, j’attends les proposition de LausannEnsemble …

  7. zozieau Says:

    Certes Kalvin, certes… mais heureusement que si certains veulent des mesures d’assainissement radicales pour la Riponne (je pense aux mesures d’exclusion), il faudra aussi qu’ils passent par un référendum pour avoir une quelconque chance de succès.

    Samuel : les ex-toxicomanes que vous mentionnez ne seraient-ils pas par hasard les mêmes qui ont (bruyamment) participé à la séance d’information organisée par le comité de soutien et le débat de 24 Heures ?

    Bref, c’est le moment de lâcher un peu tout ça… en attendant de se retrouver en séance de commission d’une motion de Mme Longchamp (soupirs…)

  8. Samuel DAVID Says:

    Monsieur Hubler,

    Vous avez raison de dire qu’il existe bien d’autres raisons pour lesquelles les Lausannois ont voté « non » à ce local d’injection, et ni vous ni moi ne sommes capables de les énumérer toutes. Il serait donc difficile de votre part de me reprocher de ne pas être exhaustif.

    Si j’ai mis en exergue certains arguments précis, c’est qu’ils me semblent les plus pertinents. Et d’ailleurs, je ne suis pas le seul à les trouver pertinents car comme vous le dites très bien, ces points ont fait partie des arguments des opposants, parmi d’autres. Vous me reprochez cela, mais aurais-je du me priver de ces arguments sous prétexte qu’ils n’étaient pas inédits?
    Les arguments que vous utilisez vous-même pour défendre le local d’injection et d’autres sujets politiques, Monsieur Hubler, vous les trouvez vraiment TOUS tout seul? Et une fois trouvés, vous vous assurez que personne avant vous ne les a utilisés? Si c’est le cas, vous avez toute mon admiration, car il ne doit pas être facile d’être un expert dans les (nombreux) domaines qui sont abordés sur votre blog.

    Quoi qu’il en soit, je tiens à vous dire que j’aime beaucoup surfer sur votre blog, qui s’enrichit chaque jour de nouveaux billets, ce qui n’est de loin pas le cas des autres blogs politiques vaudois.

    A bientôt,

    Samuel David

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :