Osez Bové en Suisse aussi !

Affiche de José Bové en ArdècheDepuis aujourd’hui 0h00, la campagne pour la présidentielle française a officiellement débuté. En tant que double national franco-suisse, je suis concerné au plus haut point par ce scrutin.

Malheureusement, mon incapacité pratiquement pathologique à régler mes affaires administratives dans les temps me prive de participer à cette élection. Alors tant pis, je vais compenser en faisant modestement campagne, et par blogue interposé, pour le ou la candidat-e qui me semble le ou la plus prometteur ou prometteuse d’avenir.

Inutile de dire que, pour ce premier tour, la dame qui croît symboliser le « désir d’avenir » de toute une nation ne recueille pas mon approbation. En effet, entre la sociale-libérale Ségolène et le libéral-social Bayroud, la différence est minime. Je n’irai bien évidemment pas plus à droite, mais « A Gauche toute ! », et surtout vers un personnage beaucoup plus authentique.

Plus authentique, c’est José Bové ! Pourquoi authentique ? Parce que ce syndicaliste paysan a vraiment élevé des moutons, parce que cet antimilitariste convaincu a investi un camp militaire et que cette action a abouti au gel de l’extension du camp militaire du Larzac, parce que son syndicat agricole, la Confédération paysanne, est un syndicat qui milite pour une agriculture respectueuse de l’environnement, parce qu’il se comporte et s’engage en tant qu’altermondialiste et défenseur de l’environnement, notamment aux côtés de Greenpeace dans l’affaire de la reprise des essais nucléaires français en 1995.

Bref, José Bové n’a rien de l’énarque prétentieux ou de l’apparatchik de parti, pas plus qu’il n’a du bobo écolo ou de la gauche caviar. Voilà de bonnes raisons de voter pour lui le 22 avril prochain.

Pour la petite histoire, les fêtes de Pâques m’ayant donné l’occasion de traverser le Sud-Ouest ardéchois, j’ai pu constater qu’en matière d’affichage « libre », les affiches de José Bové tiennent le haut du pavé juste devant Marie-George Buffet et Olivier Besancenot. Et pas de trace de Le Pen ! Voilà qui est rassurant et qui me fait de plus en plus aimer cette région.

Alors, pas d’hésitation, si vous résidez en Suisse et êtes en possession d’une carte d’électeur français, osez Bové !

7 Réponses to “Osez Bové en Suisse aussi !”

  1. Julien Sansonnens Says:

    J’aurais aussi voté pour Bové. Si le PCR n’avait pas tout fichu en l’air, il aurait fait le candidat parfait d’une union des vraies forces de gauche.

  2. Frédéric Mamaïs Says:

    Monsieur Hubler, le temps en politique n’est plus à la nostalgie. L’a-t-il été? Voter Bové, voter Laguiller, voter Besancenot, etc..Bref, votez divisé, votez les factions à peine plus grande que le drapeau fatigué qu’elles tiennent. Concernant Bové, laissez-moi sourire, ce candidat n’a ni programme ni parti. En France comme en Suisse, le vote a gauche a souffert de ses divisions intestines. La lente mais désormais certifiée mort de la gauche de la gauche permettra peut-être une saine digestion à la gauche réaliste. Vous ne votez pas Ségolène, mais sans doute est-il meilleur pour l’extrême gauche de voir au pouvoir un vrai diable d’adversaire, Sarkozy, qu’un concurrent socialiste? La technique est toujours la même et donne les résultats que l’on sait: la gauche perd, la gauche s’effrite et la gauche de la gauche n’est plus qu’un porte-drapeau vide. Vaud l’a vu: son candidat au Conseil d’Etat a enterré le parti et la majorité est à droite. Pour exister, il faut se trouver un ennemi, mais c’est plus difficile d’accepter ses alliés. Le mieux, M. Hubler, est également l’ennemi du bien en politique. A force de croire que le virage à gauche toute conduira aux sommets, c’est le précipice qui s’ouvre aux extrêmes, chez Bové comme ici en Pays de Vaud.

  3. Julien Sansonnens Says:

    Frédéric, je ne voudrais pas répondre à la place d’Alain que vous interpellez, mais ayant aussi choisi de voter Bové si je le pouvais je voudrais quand même vous donner ma vision des choses.
    Vous nous dites que voter pour les « petits candidats » affaiblit la gauche. mais de quelle gauche parlons-nous ? Depuis la trahison de Mitterand au début des années 80 et le tournant néo-libéral pris par le PS, le parti socialiste n’a plus aucune légitimité à se revendiquer « de gauche ». Il n’en a plus que le nom.

    Si la gauche francaise est dans un tel état, c’est bien parceque cette dernière s’est totalement disqualifiée au yeux du peuple en appliquant des politiques libérales, de privatisation, en se coupant totalement de la base du parti, que ce soit sous Mitterand ou sous Jospin. La gauche caviar et institutionnelle d’aujourd’hui a abandonné depuis longtemps la défense des ouvriers et des « petites gens » pour devenir un parti de bo-bos et autres li-li totallement déconnecté du quotidien de la majorité des français.
    Vous comprendrez que voter pour Sàgolène lorsqu’on s’estime véritablement « de gauche » n’est pas envisageable, en tout cas pas au premier tour.
    Au deuxième tour, la question de savoir comment barrer la route à Sarko peut se poser. Même si permettre l’accession de Ségo à la présidence n’aboutirait qu’à une perte supplémentaire du peu de légitimité qui reste au PS, dont elle représente « l’aile droite »

  4. Alain Hubler Says:

    @Julien : je ne pense pas qu’il y ait des ordres de préséance sur un blog, AMHA, chacun peut s’exprimer quand il ou elle veut à condition que la charte soit respectée. Néanmoins je te remercie de ta délicatesse.

    @ Frédéric :
    1. Je ne comprends pas pourquoi tu te mets à me vouvoyer alors que nous sommes dans le même parti …

    2. Affirmer que Bové et les alternatifs n’ont pas de programme est une contre-vérité. Voir leur site
    http://www.alternatifs.org
    et lire en détail les 125 propositions des collectifs « Uni-e-s avec Bové ».
    http://www.unisavecbove.org/
    Après on peut bien entendu discuter de ces propositions, mais il faut d’abord reconnaître qu’elles existent et les lire.

    3. A propos des fractions nostalgiques, fatiguées et à peine plus grandes que leur drapeau, faut-il rappeler que les supporters du Front national étaient 0,75% à voter pour le nostalgique d’une sale époque Le Pen en 1974. Le problème n’est pas la taille, mais l’adéquation des idées et des propositions avec les électeurs/trices, mais aussi l’impact du discours …
    Ceci dit, j’aurais aussi préféré une gauche à la gauche du PS, ou antilibérale, unie.

    4. Je trouve assez illogique tes deux affirmations suivantes « En France comme en Suisse, le vote a gauche a souffert de ses divisions intestines » et « (…) la gauche de la gauche n’est plus qu’un porte-drapeau vide. Vaud l’a vu: son candidat au Conseil d’Etat a enterré le parti et la majorité est à droite. » En effet, Josef Zisyadis est l’un des artisans et partisans de « A Gauche toute ! » qui, dans notre modeste Pays de Vaud, réunit la gauche de la gauche. Il faudrait donc savoir : quand elle est divisée la gauche perd, quand elle est unie la gauche perd … Dans ces conditions, quelle est l’importance de la taille des partis et de leur drapeau ?

    5. En conclusion, j’ai l’impression que, selon toi, la seule issue possible est de choisir entre deux forces « compactes » la gauche oula droite et voter le ou la candidate du plus grand parti du côté que l’on préfère ou que l’on déteste le moins. Bref, un paysage politique limité à 2 partis. On se rapproche lentement du parti unique. Dans ces conditions, je me demande pourquoi être membre du POP & Gauche en mouvement ? Pourquoi alors ne pas adhérer au PS. A moins que l’on ait fait le choix de ne pas participer aux exécutifs, ce qui est un autre débat.

    Bien cordialement. Alain

  5. Frédéric Mamaïs Says:

    Cher Alain Hubler,
    Je constate à mes dépens que la censure existe encore par ici..Ayant répondu à la réponse de mon commentaire, je n’ai pas vu mon texte publié. Je mettrai cela sur le compte de mes carences informatiques.
    Pour l’essentiel, je voulais te / vous rappeler (on peut se tutoyer, ça ne me dérange pas mais je n’ai pas souvenir que l’on se soit déjà parler auparavant) que je n’ai jamais été membre du POP mais sympathisant de Gauche en mouvement durant quelques mois et c’était il y a plus de cinq ans…!

    Ca n’est donc ni en tant qu’ancien, actuel ou déçu du communisme que je m’exprime, mais en toute liberté de pensée.

    Par ailleurs, on peut glauser longtemps sur l’importance d’une pluralité des courants politiques. Je suis pourtant très surpris que vous citiez Le Pen et le Front national comme exemple de petits partis qui montent…C’est Mitterand qui les a fait entrer à l’Assemblée nationale et je crois qu’il faut comparer ce qui est comparable. L’extrême gauche n’est plus en adéquation avec les soucis quotidiens des citoyens, ici comme ailleurs. Elle doit elle aussi entamer une remise en question et ne pas avoir peur des réformes ou des changements. Sans cela, elle continuera à prêcher des convertis.

  6. Alain Hubler Says:

    Bonsoir Frédéric,
    Non, non, il n’y a pas de censure, juste deux blogues. Celui-ci, sans pub et celui sur le site de 24 heures qui est sa copie conforme, ou presque, car je ne duplique pas tous les commentaires de l’un sur l’autre.
    http://alainhubler.blog.24heures.ch/politique/osez-bove-en-suisse-aussi-.html
    et il se trouve que c’est sur ce dernier que tu as répondu …

  7. Mathias Humbert Says:

    Tout d’abord je m’interroge sur la signification de PCR de Julien. Est-ce un mix volontaire entre PCF et LCR? Enfin je ne pense pas et je pense que dans l’esprit de Julien le PCF est le seul et unique responsable de l’échec des collectifs unitaires. Quelle a été la faute du PCF? Le fait d’être majoritaire et de choisir, en tout état de cause, le candidat qui avait le plus de chance à ses yeux de porter un projet crédible à gauche du PS? Les accusations qui soutiennent que des hordes de militants communistes se seraient « invitées » lors du vote portant sur le choix du candidat des collectifs sont du même ordre que celles accusant les militants popistes ayant choisi Josef pour la course au Conseil d’Etat!
    Deuxièmement, malgré tout le respect que j’ai pour les combats que mènent José Bové, il me semble que celui-ci a apporté une candidature de plus à gauche de la gauche (et Dieu sait qu’elle n’en avait pas besoin…) totalement inutile et illégitime. En effet, celui-ci n’a pas respecté le vote des collectifs et s’est autoproclamé candidat (soi-disant après l’insistance soutenue de millions de militants des collectifs!), sans aucun respect pour Marie-George Buffet, qui pour moi portait un réel espoir de changement en elle, au moins autant que José Bové (parmi nous je suis sûrement le seul à avoir eu la chance de l’entendre à la fête de l’Humanité).
    Finalement, j’aimerais rappeler aux élus et militants du POP que le PCF est notre allié « officiel » (seul lien vers un parti français sur le site du PST) et que taper sur celui-ci comme le fait Julien ne sert pas la cause du progrès social, en Suisse comme en France. José Bové n’a jamais porté et ne portera jamais tous les combats pour le progrès social que le PCF a mené et mènera j’espère encore longtemps en France. Ce parti, malheureusement, souffre d’un déclin électoral notoire, comme le POP (de manière moins brutale c’est certain) et au lieu d’attiser la division à gauche et l’anéantissement d’un parti historique de la gauche française et européenne, il vaudrait mieux l’aider à se redresser car, bien plus que Monsieur Bové, le PCF doit continuer à exister par-delà les générations car sa présence sur l’échiquier politique est indispensable, comme celle du POP.
    Donc vous savez maintenant mon vote du premier tour (je suis français). J’appelle également bien entendu à voter Royal au deuxième tour, pour barrer la route à la droite la plus dure qui soit.
    Et pour finir, où j’étais en vacances à Pâques, les affiches de Buffet étaient largement majoritaires (celles de Bové inexistantes), le PCF ayant encore (espérons que ça dure) une forte base militante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :