Le Roi soleil s’est éteint

21 novembre 2010

« […] l’hiver est la saison de l’attente; mais il contient les premières promesses: le solstice de décembre est la porte de l’année nouvelle. » H. Debluë

Notre camarade Sam Leresche n’aura pas pu attendre le solstice, il nous manquera beaucoup. Bon vol Sam !

La main dans le sac

29 octobre 2010

Claude-Alain Voiblet, l’éminence flamboyante de l’UDC en terres vaudoises, est aussi actif sur son blogue qu’il l’est dans le cadre du conseil communal de Lausanne. On ne lit, n’entend et ne voit que lui.

Bien évidemment qu’une telle hyperactivité a parfois pour conséquence de tarir les sources du débat politique. À que cela ne tienne, quand les mines sont épuisées, il n’y a qu’à aller chercher un nouveau filon d’or ailleurs ou se débrouiller pour faire passer du plomb pour de l’or. Ou plutôt des vessies pour des lanternes

C’est exactement ce qu’a fait le chantre de l’UDC le 13 octobre dernier, tout excité qu’il était « de découvrir le 12 octobre 2010, une motion de la gauche, déposée dans la hâte, demandant à la Municipalité de mettre en œuvre une information des électeurs et des électrices de nationalité étrangère en vue des élections municipales de mars 2011. »

Lire la suite »

Hewlett-Packard sur les traces de Farinet

26 septembre 2010

Selon le Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française, la publicité est un « ensemble de techniques employées dans la réclame pour attirer l’attention du consommateur sur un produit ».

Parmi ces techniques, on trouve celles qui jouent sur l’attrait et le pouvoir de l’argent. Elles jouent sur le penchant « naturel » de l’homme à gagner plus ou à dépenser moins.

Dans le genre, la dernière publicité de la firme Hewlett-Packard fait assez fort puisqu’elle vous propose d’économiser 50 % de frais d’impression. Pas mal, non ? Pas mal oui, sauf que pour la société, cette économie revient à « imprimer de l’argent ».

Lire la suite »

Loi sur l’assurance-chômage: les artistes suisses se mobilisent

16 septembre 2010

Les artistes suisses se mobilisent contre la révision de la Loi sur l’assurance-chômage, soumise à votation le 26 septembre. Les intermittents du spectacle estiment que le texte met en péril leur profession. Evelyne Knecht et Isabelle Bonillo, toutes deux comédiennes, donnaient un spectacle de rue, ce mercredi à La Chaux-de-Fonds, pour sensibiliser la population. Le reportage d’Alexandra Richard.

Source : Le 12h30 du 16 septembre 2010, RSR
http://www.agauchetoute.info/public/alainhubler/audio/lacicomediens.mov

Et si la peine de mort devenait définitivement anticonstitutionnelle ?

21 août 2010

On a appris hier qu’un comité s’apprêtait à se saisir de l’outil démocratique de l’initiative populaire pour réintroduire la peine de mort en Suisse. Une peine de mort qui serait réservée aux auteurs de meurtres ou d’assassinats à caractère sexuel. Outre le fait que l’on peut se demander pourquoi les initiants se limitent aux crimes sexuels, force est de reconnaître que l’entrée dans la Constitution d’une telle mesure contreviendrait à plusieurs accords internationaux dont la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH).

Cet antagonisme entre des initiatives populaires et les textes internationaux a tendance à devenir de plus en plus fréquent. Des contradictions qui se multiplient et qui constituent l’un des effets pervers de la démocratie directe. Citons au hasard la demande de la Marche blanche qui désirait que l’imprescriptibilité des délits pédophiles soit accompagnée d’un effet rétroactif, l’initiative dite du renvoi des criminels étrangers et celle visant l’interdiction de la construction de minarets sur territoire helvétique.

Toutes ces initiatives sont plus que douteuses du point de vue des droits de l’homme et le malheur veut que ce soit le Parlement qui statue sur leur validité en se basant sur le droit intérieur et sur les accords internationaux. Le problème est que, dans le cas présent, le droit international laisserait une marge d’interprétation à propos de la peine de mort. C’est du moins ce que nous apprend aujourd’hui Alexandre Flückiger, professeur de droit constitutionnel à l’Université de Genève, interviewé par Le Matin dans un excellent article de Muriel Jarp.

Lire la suite »

Les petites phrases assassines de Daniel Brélaz

8 août 2010

L’ex-futur candidat à la candidature au Conseil fédéral, mais néanmoins Syndic de Lausanne, a parfois des propos qui s’avèrent indignes de telles charges. En voici quelques exemples.
—-
A propos des gitans qui se sont installés pendant une dizaine de jours dans les hauts de Lausanne en y commettant quelques dégâts : « Avec les gitans, c’est inévitable. C’est dans leurs mœurs. Un trait de caractère profond. »

In 24 heures du 27 juillet 2010.
—-
A propos du city management et de Raymond Léchaire qui rejoint les opposants au city management : « Le patron romand du géant orange est à deux doigts de la retraite et aurait un besoin presque maladif de faire parler de lui. »
In 24 heures du 1er juillet 2008.
—-
A propos du city management et de Muriel Testuz membre de l’association « Super City management – Non merci ! »
« Je constate que Madame Testuz porte bien son nom. »
In 24 heures du 23 novembre 2007.
—-
Lire la suite »

Et Brélaz devint antonomase métonymique

17 juillet 2010

On ne compte plus les apparitions du syndic de Lausanne dans les dessins de Burki, ni ses évocations dans les articles de 24 heures.

Aujourd’hui, le plus «grand quotidien payant de Suisse romande suit avec attention l’actualité, qu’elle soit vaudoise, suisse ou internationale» passe la vitesse supérieure en antonomasant, en antonomisant, en atomisant, en faisant de «Daniel Brélaz» une antonomase, c’est-à-dire en faisant du nom propre du syndic de la capitale vaudoise un nom commun désignant un … maire.

C’est ainsi que l’on a pu lire dans La Julie de ce samedi «Le Daniel Brélaz de Bienne démissionne » en titre d’un article évoquant le départ du maire Hans Stöckli. L’article évoque ensuite toute une série de points considérés comme communs entre les deux chefs d’exécutif et une seule différence, mais de taille : le poids ! Pas certain que le maire de Bienne sera flatté et réciproquement.

Toujours est-il que c’est ainsi qu’en ce nuageux samedi de la mi-juillet, Daniel Brélaz a rejoint les poubelles, les Apollon, les Casanova et les … Tartuffe.

  • Crédit image : Apollon du Belvédère, copie romaine d’un original du ive siècle av. J.-C. de Léocharès, musée Pio-Clementino

Grand rapace

15 avril 2010

En page 2, Le Matin de ce jour proposait une photographie du Grand Argentier cantonal, et Président du Conseil d’Etat, accueillant la 700’000e vaudoise. Sur la photo, qui est la même que celle qui figure en page d’accueil du site de l’Etat de Vaud*, la petite Lucie roupille paisiblement et innocemment dans le bras de sa maman qui regarde, sourire aux lèvres, le Ministre des Finances.

Jusque là, rien de plus banal.

Lire la suite »

Passons la jambe à Jules

12 avril 2010

Occupé à savoir quel jour nous étions hier et quel jour nous serions aujourd’hui – ça détend de contempler le temps qui passe -, je me suis rendu compte que le 12 avril est le jour de la Saint Jules.

Selon les sources internet habituelles, celles que tout le monde utilise aujourd’hui à tort et à travers, le prénom Jules serait issu du nom de famille de Jules César et aurait atterri dans le calendrier des saints grâce, ou à cause, de Saint Jules Ier, le 35e pape qui vécut de 280 à 352.

Bon, d’accord, mais tout ça, on s’en fiche un peu.

Il est beaucoup plus amusant de se pencher sur les diverses utilisations de ce prénom.

Pour commencer, il y a la fameuse expression «avoir un jules» qui signifie avoir un mec, mais aussi avoir un amant ou un maquereau. C’est fou ce que l’on passe vite du statut relativement respectable de «mec», ou enviable d’«amant», au statut détestable de «maquereau» en une seule expression. Lire la suite »

L’UDC, un parti populaire ? Mon oeil

6 avril 2010

Selon certains analystes politiques et selon la presse, les électeurs de l’UDC se recruteraient chez les «perdants de la mondialisation», les vieux, les jeunes, les précarisés et même chez les étrangers. Selon un récent article paru dans La Liberté, le parti qui se dit démocratique et du centre séduirait même les jeunes enfants d’immigrés.

J’en connais qui ne vont pas être déçus du voyage.

En effet, le 19 mars dernier, avait lieu le vote final sur la 4e révision de la Loi sur l’assurance-chômage. Au Conseil national, la marque fut sans appel : la révision a été acceptée par 91 «oui», 64 «non» et 37 abstentions dont 30 émanant des rangs de l’UDC qui estiment que cette révision ne va pas assez loin. Entendez par là qu’elle ne limite pas suffisamment les prestations de cette assurance sociale, que cette révision n’est pas assez dure.

L’UDC aurait vu d’un bon œil, comme le PLR d’ailleurs, un délai de carence de 260 jours pour les jeunes qui ne trouvent pas d’emploi au terme de leur formation ainsi qu’un plafonnement à 260 jours d’indemnités pour les jeunes de moins de 30 ans sans enfants. On relèvera également que le parti du bouc aurait bien goûté une diminution des prestations de l’assurance-chômage pour les étrangers qui comme chacun le sait, sont trop généreuses alors même que ces derniers cotisent comme tout le monde.

Lire la suite »


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.