Passons la jambe à Jules

Occupé à savoir quel jour nous étions hier et quel jour nous serions aujourd’hui – ça détend de contempler le temps qui passe -, je me suis rendu compte que le 12 avril est le jour de la Saint Jules.

Selon les sources internet habituelles, celles que tout le monde utilise aujourd’hui à tort et à travers, le prénom Jules serait issu du nom de famille de Jules César et aurait atterri dans le calendrier des saints grâce, ou à cause, de Saint Jules Ier, le 35e pape qui vécut de 280 à 352.

Bon, d’accord, mais tout ça, on s’en fiche un peu.

Il est beaucoup plus amusant de se pencher sur les diverses utilisations de ce prénom.

Pour commencer, il y a la fameuse expression «avoir un jules» qui signifie avoir un mec, mais aussi avoir un amant ou un maquereau. C’est fou ce que l’on passe vite du statut relativement respectable de «mec», ou enviable d’«amant», au statut détestable de «maquereau» en une seule expression. Il semblerait que l’origine de l’expression soit à rechercher dans le lit de la Marie Antoinette de Louis XVI qui entretenait de très étroites relations avec une certaine Yolande de Polastron. Histoire de camoufler cette relation homosexuelle, les gens de la cour qui étaient au parfum lui ont inventé un amant qu’ils ont baptisé Jules. L’honneur était sauf et la cour était à l’abri des moralisateurs de l’UDC de l’époque.

Mon tour de toile m’amena sur une autre référence qui affirme qu’un Jules désignerait également le baquet qui servait de réservoir d’aisance aux prisonniers des postes de police et des prisons.

C’est Bob, un dictionnaire de termes argotiques, populaires et familiers qui nous l’apprend. Il nous en apprend d’ailleurs bien plus puisqu’il nous révèle, dans le désordre, que «travailler pour Jules» signifie «manger», que la ou le jules est synonyme d’héroïne et que «partir à la Saint-Jules» veut dire partir sans payer.

Le tour des Jules ne serait pas complet sans que je fasse allusion au polémiste-bloggueur Allain Jules qui serait à l’origine de deux rumeurs qui ont défrayé la chronique : l’hypothétique grossesse de Carla Sarkozy et leur supposé réalisé mariage. Mon presque homonyme semble par contre innocent dans l’affaire de leur supposé cocufiage mutuel et réciproque.

Ainsi donc, ce serait un Jules (Allain) qui aurait fait croire au monde entier que la future première dame de France avait pris Sarko pour jules et qu’ils attendraient un enfant qui se prénommera forcément Jules. Cette dernière rumeur finira dans le jules.

Mots-clés : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :