Le prix du double mandat

Train Lausanne-BerneDepuis le 3 décembre dernier, la ville de Lausanne peut s’enorgueillir de compter deux conseillers nationaux parmi ses municipaux.

L’un des deux est même le syndic. Le syndic de la cinquième ville de Suisse. Le syndic et le municipal des travaux qui ont en charge l’essentiel d’une multitude de dossiers tels que la «Métamorphose» de Lausanne, la création d’une ou deux lignes de trams ou funiculaires, le Projet d’agglomération Lausanne-Morges, le Schéma directeur de l’Ouest lausannois et j’en passe. Autant de grands projets, autant de grands travaux qui risquent bien d’être victimes de l’hyperactivité de leurs géniteurs.

Mais la volonté inébranlable et l’astuce des deux députés nationaux lausannois vont faire taire les mauvaises langues qui ont osé mettre en doute la capacité des deux municipaux à assumer pleinement leur double mandat. Car, comme l’écrivait, prémonitoirement et en faisant l’éloge du double mandat, Chantal Tauxe sur son blogue : «La surcharge de travail qui découle du double-mandat ne doit toutefois pas être niée. Mais, elle est soluble dans une bonne organisation.». À propos des indemnités de la fonction de conseiller national, la cheffe de la rubrique Suisse de l’hebdomadaire L’Hebdo, ajoutait plus loin «Enfin, les indemnités que touche le parlementaire ne devrait pas lui être mesquinement soustraites, comme le propose le parti socialiste lausannois dans le cas Brélaz, mais utilisée à l’engagement de collaborateurs personnels permettant à l’élu double-casquette de déléguer l’étude fine de certains dossiers.»

Madame Tauxe ne croyait pas si bien dire. Nos deux municipaux s’organisent et le moins que l’on puisse dire est qu’ils s’organisent plutôt bien et surtout de manière très institutionnelle. Voyez plutôt ce qu’ils nous ont concocté pour pouvoir travailler plus tout en gagnant plus autant : un attaché parlementaire institutionnalisé! Un employé du service public à leur service, à eux tous seuls ou presque!

C’est en tout cas ce que laisse penser une offre d’emploi qui était présente sur le site Internet de la Ville jusqu’à il y a quelques jours. Une annonce assez sibylline dont voici un extrait :

Adjoint-e administrative à 100%
Secrétariat municipal
Missions principales

  • rechercher, synthétiser et diffuser des informations concernant les thèmes de la politique fédérale et cantonal vaudoise susceptibles d’entraîner des conséquences à l’échelon de la Ville de Lausanne
  • assister les conseillers/ères municipaux/municipales siégeant aux Chambres fédérales (recherche de documentation, constitution de dossiers, soutien organisationnel)

Les esprits chagrins vont donc tout de suite dire: ces deux-là se paient un attaché parlementaire sur le dos du contribuable. Mais ils auront tort ! Ils auront tort car nos deux députés nationaux sont trop malins, ils vont affirmer la main sur le cœur que l’indemnité qu’ils toucheront à cet effet sera intégralement réinvestie dans le salaire de l’adjoint administratif. Et ils le feront, très probablement.

Des esprits un peu plus chagrins se diront: mais comment un radical peut-il partager un attaché parlementaire avec un vert? Ils ne sont pas du même bord! La main toujours sur le cœur, nos deux compères expliqueront que l’adjoint administratif n’a pas de rôle politique, juste un rôle technique et que cela ne pose aucun problème, surtout qu’il s’agit de défendre les intérêts de leur ville.

Des esprits très chagrins se demanderont comment se fait-il que les autres municipaux n’étaient pas au courant? Comment se fait-il que l’on puisse créer, comme ça, des postes venus de nulle part, alors que c’est si difficile ailleurs dans l’administration? À ce moment, les mains sur le cœur trouveront une explication que je n’entrevois pas dans l’immédiat mais qu’ils trouveront bien en temps voulu et qui devrait soigneusement cacher qui dirige vraiment la ville de Lausanne.

À moins que ce ne soit l’adjoint administratif qui se charge de trouver une explication.

About these ads

Mots-clés : , , , , ,

2 Réponses to “Le prix du double mandat”

  1. www.romanding.ch Says:

    Le prix du double mandat

    Depuis le 3 décembre dernier, la ville de Lausanne peut s’enorgueillir de compter deux conseillers nationaux parmi ses municipaux. Mais cela a un prix. Un prix financier et un prix politique.

  2. Pas à une contradiction près « Alain Hubler blogue Says:

    [...] propos de surcharge de l’administration et de publicité : qui a fait dessiner des plans d’un projet de ligne CFF directe Lausanne-Berne, sans passer par Fribourg, aux techniciens de la [...]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :